• open panel

Pauliana Laffabrier

 

Peux tu te présenter à nos lecteurs ? 

Pauliana :Je m’appelle Pauliana, j’ai 20 ans et je viens de Langon. J’ai commencé le skate en 2007 avec mon demi-frère, on se motivait tout les deux ! Il y avait une planche SpiderMan de chez Decathlon à l’époque dans notre garage, ca m’intriguait, j’ai essayé et j’ai trouvé ca cool. Dans notre jardin on avait une mini aire de flat en béton, j’y ai fait mes premiers ollies, et mes premières entorses aux chevilles en essayant de faire des flips.
Ma première planche de marque était une Element, avec des trucks Independent etc le truc bien cher, que j’ai fait tombé dans la Garonne la première fois que j’ai skaté le park à Bordeaux, j’étais contente !
Le premier park que j’ai roulé était à La Réole, un skatepark en modulaire avec un plan inc, une courbe, une table a manual et une barre. A Langon on avait pas grand chose, pas de park et spots mis à part une place avec un trottoir. J’ai donc fait du street quelques temps et par manque de motivation, j’ai arrêté le skate pendant plus d’un an et quand je suis arrivée à Bordeaux il y a deux ans, j’ai découvert la rampe, et j’en suis tombée amoureuse !

Paulie - fs grind - Gujan- © Maxime Conan

Paulie - fs grind - Gujan- © Maxime Conan

Qu-est ce que ça te fais d’être une fille qui skate ? Dans le sens où c’est une minorité de filles qu’on voit sur les skate-parks.

Pauliana : Quand j’ai commencé le skate je vivais plutôt mal le regard des autres, j’avais l’impression que la plupart des mecs n’admettait pas qu’une fille puisse faire du skate. On m’a plusieurs fois dit « Mais t’es une fille, pourquoi tu fais du skate ? ».
Maintenant ca me fait rire quand les gens se retournent dans la rue parce que j’ai une planche sous le bras, faut pas y prêter attention je pense ! Le regard des autres skateurs ne me gène pas, parce qu’il n’est pas mauvais, c’est plus celui des filles « normales » qui te regardent de la tête au pied parce que tu tiens ta planche et que t’as un tee-shirt ample, ca m’agace sur le coup puis quand vient le moment de skater ca devient une force !
Je me dis que je fais du skate comme tout les autres, il n’y a pas de différence parce que je suis une fille, je me met au meme niveau que n’importe quel autre skateur, et ca m’fait progresser !

Tu te souviens de ton premier road-trip ?

Pauliana : Je m’en souviens oui ! On était 5 potes dans une vieille 306 sans clim alors qu’il faisait 40°c, Douglas & Mary faisaient n’importe quoi à l’arrière, Melvin se prenait pour un GPS et devant on galérait à trouver les parks. On était au camping à Sopelana, à coté de Bilbao, à 100m on avait la plage ou on allait boire des bières après les sessions. C’est juste le rêve l’Espagne ; Leioa, Sondika, Gernika, Algorta… Tout ces parks déchirent, & la bière est pas chère 🙂
Vidéo de notre voyage en Espagne

Tapas ou ça passe ? par Mshweet

Quelles villes ou spots t’ont particulièrement marqué ? 

Pauliana : Déjà, la plupart des parks du pays basque espagnol. J’ai beaucoup aimé skater le pool de Sondika, la méga rampe à Nantes, et un des seuls pool en France, Gujan Mestras ! C’est un peu dur à rider (pour moi) mais c’est un bon challenge et puis ca fait peur !
Avec Mary on doit faire une vidéo, mais faut pas s’attendre à une vidéo HD hyper bien montée, juste une vidéo amateur entre filles.

Paulie - b.s. salad - Gorliz -  ©Franck Phung

Paulie - b.s. salad - Gorliz - ©Franck Phung

Quelles sont tes inspirations dans le monde du skate ?

Pauliana : Les copains du BBB et les américaines ! Sans hésiter Allysha Bergado et Lizzie Armanto, ce sont les meilleures skateuses au monde, je les admire ! Je dois avoir une cinquantaine de skateuses en amies sur Facebook, je parle avec elles, et regarde régulièrement leurs photos & vidéos, c’est hyper motivant.

Quel est ton point de vue sur le skate, sur la place des filles… ?

Pauliana : C’est avant tout un mode de vie ! La plupart des gens sont hyper cool, je sais que je peux arriver a 15h je ne sais quel jour au bowl, et il y aura toujours quelqu’un de motiver pour skater. Même si tu ne connais pas forcément les gens avec qui tu skates, il y a une sorte de truc inexplicable qui fait que t’es motivée & tu passes une bonne session.
Je pense aussi que ca devait être beaucoup plus fun de skater dans les années 80, il y avait pas cet esprit de compétitivité qu’on les pratiquants maintenant. J’aime pas du tout les compétitions en fait, je trouve que ca colle pas à l’image du skate ! Rien de mieux qu’une session avec tout tes amis pour être motivé, pas besoin de classement ou je ne sais quoi pour se surpasser. Je comprend pas en fait.
La place des filles dans le skate… Je trouve quand même qu’il y a de plus en plus de filles qui font du street mais on est très très peu à faire de la rampe, c’est dommage. A Bordeaux on est deux, et en France on doit être pas plus de dix ! On est quand même une minorité mais les skateurs sont de moins en moins étonnés de voir des filles skater, la preuve que ca avance.

Pauliana en FS Air - © Maxime Conan

Pauliana en FS Air - © Maxime Conan

Des vidéos qui te motivent pour skater ?

Pauliana :J’adore les vieilles vidéos Powell, mais j’aime bien aussi les vidéos Creature et Thrasher !

Lizzie Armanto & Allysha Bergado

Que fais-tu d’autre dans la vie ?

Pauliana :En ce moment je suis en formation, je travaille en crèche ou dans les écoles maternelles. J’apprend la guitare depuis peu, et je crée des bijoux. J’aime aussi prendre des photos de skate.

Pourrais tu nous décrire une journée type ?

Pauliana :Quand je travaille pas, je me lève assez tard, enfin 10h. J’envoie un message à Mary & souvent on se retrouve au park. On chill, on skate, on filme, on fume des clopes, on skate, etc. Je fais de la guitare si j’ai de la motiv’, sortie au pub ou a un concert ou pas le soir et puis voilà.

Merci Pauliana!